Francois Bayrou; l'option "put" d'une majorité UMP

Publié le par Laurent

J'ai éecouté avec attention l'intervention du leader centriste a l'émission "Ripostes" du 13/5/2007, et après l'avoir entendu pour la Nième fois rejeter l'idée séculaire du clivage gauche/droite (ce qui le mettait hors de portée des schémas habituels chers aux analystes invités sur le plateau de l'émission), il m'est venu l'idée suivante.

 

Bayrou ne cherche peut-etre pas à devenir le chef de l'opposition car il pourrait ne plus raisonner completement en termes d'échiquier politique classique; il pourrait analyser les situations en termes de marchés financiers. Je m'interromps un instant pour préeciser tout de suite que cette stratégie à long terme ne contredit absolument pas la tactique à court terme de mettre à mal la cohérence interne du PS, si chère à Mr. Hollande!

 

Expliquons maintenant quelle pourrait etre la vision à long terme de Bayrou; pour cela, il est nécessaire de rappeler quelques éléments d'investissement sur les marchés actions. Vous pouvez etre haussier sur une société X, et donc choisir sur-pondérer les titres de cette meme société dans votre portefeuille mobilier. Toutefois, vous pouvez penser que les marchés actions sont aussi soumis aux flux de liquidités résultant des politiques monétaires et des taux. Ces considérations mènent tout droit à la mise en place de "couvertures" de portefeuille par le biais d'options (qui, soit dit en passant, ne sont pas une invention des capitalistes modernes, mais des Nordistes durant la guerre de Sécession afin d'assurer le ravitaillement en avoine de leurs chevaux!): en gros, vous etes haussier sur X mais vous craignez un retournement global de marché, donc vous achetez simultanément des options "put" sur l'indice boursier le plus significatif. Bien entendu, en l'absence de tout retournement, il ne vous restera que la sur-performance du titre X par rapport à l'indice, c'est le prix à payer pour "couvrir le risque exogène".

 

Quel rapport avec Bayrou ? J'y viens ...

 

Le patron du Mouvement Démocrate sait bien que les Francais donneront une majorité à l'UMP; l'analogie boursière dit qu'il sont haussiers ("long") sur l'UMP (Sarkozy a nettement gagné: le concensus est là). Toutefois, certains éléments exogènes peuvent éventuellement mener à des crises que l'UMP pourrait ne pas etre en mesure de traiter efficacement (tout le monde pense à la situation dans les banlieues, par exemple), l'électeur peut alors ressentir l'envie de "couvrir" sa position haussière sur l'UMP par le biais d'un "put" qui se trouve etre une formation politique qui n'est pas en conflit avec la majorité, mais peut toutefois la tempérer afin de limiter les pertes en cas de coup dur. Lorsque tout va bien, le role de cette formation reste marginal. Dans ce schéma de pensée, l'opposition de gauche se ramènerait à une position baissière ("short") sur l'UMP, hors de propos ici.

 

Le "cousin du Béarn" serait-il un précurseur dans l'idée d'appliquer aux élections les facons de faire des marchés financiers modernes ? Il me parait clair en tout cas qu'il ne croit plus beaucoup au role actif de l'opposition dans le nouveau paysage politique francais ...

Publié dans News

Commenter cet article