Pourquoi ça va (surement) fort baisser ...

Publié le par Laurent

Récemment, notre ami Tropical Bear a commis un papier intéressant dans lequel il montre qu'en tenant compte des effets de change, nos indices européens et US sont revenus à la situation de l'été 2007, au détail près qu'il fallait regarder le SPX en euros en 2007 et qu'il faut regarder le CAC 40 en dollar cette année. Cela va dans le sens des prévisions elliottistes pur jus qui comptent les sous-vagues en attendant la fameuse Primary 3 qui est soupçonnée de devoir "casser la baraque". Il y a d'ailleurs quelques éléments qui laissent penser que nous soyions proches d'une correction des cours (dont l'ampleur reste mystérieuse).

 

Dans cette note, j'aimerais compléter un peu l'idée de Tropical en comparant 2007 et 2010 sur le CAC et le SPX, mais cette fois en court-circuitant les monnaies papier via une expression de ces indices en onces d'or. C'est un peu une façon de les exprimer en real cash et pas en billets de monopoly. Alors, trève de palabres, pour l'année écoulée (en gros, depuis la reprise de mars 2009), on obtient cela:

 

CAC-goldSPX-gold

 

Vous observez avec stupeur et tremblements que le top du CAC:GOLD (ci-dessus, à gauche) est atteint durant l'été 2007; par la suite, on voit une baisse en 5 temps, une correction en 3 temps et nous serions dans ce qui apparait etre une correction haussière mineure après une baisse mineure (qui démarre en T=200 environ). On voudrait faire plus elliottiste qu'on n'y arriverait meme pas! A droite, par contre, nous avons le SPX:GOLD. Structure complètement différente puisque là, on n'a pas de baisse elliottiste en cours, à peine peut-on penser à un double-top en formation sur les niveaux correspondant à l'été 2009.

 

Reculons en 2007: ci-dessous, vous observez les memes indices avec des cotations qui démarrent avant la chute de février 2007 (elle se produit autour de T=100), la faillite de New Century qui annonçait la crise subprime à venir ...

 

CAC-gold-620SPX-gold-620

 

Tiens donc, la situation est inversée: c'est maintenant le CAC:GOLD (à gauche) qui inscrit un nouveau sommet pendant l'été alors que le SPX:GOLD se fracasse sur un double top du plus bel effet. C'est vrai qu'à l'époque, les gens étaient unanimes à penser que le risque venait des USA avec leurs CDO replets de prets douteux.

 

Les graphiques de 2010 suggèrent au contraire que cette fois, le risque est vu comme venant de l'Europe qui serait donc susceptible d'allumer la mèche de la Primary 3 elliottiste (si on est pret à admettre qu'elle existe). Bien entendu, les déboires grecs (voire ceux de Dubai, que beaucoup ont oublié) nous viennent tout de suite à l'esprit. Toutefois, et sans vouloir sous-estimer ceux-ci, je ne suis pas sur que le noeud du problème se trouve là.

 

En effet, ces derniers jours, on regarde les taux d'intéret américains grimper à toute berzingue vers des sommets; le TNX à 10 ans est autour de 4% et dessine un bullish flag laissant entrevoir une cible à 4.5% qui mettrait à genoux la "reprise sans emplois" bricolée par Bernanke, Geithner et les autres. Comme "les merdes volent toujours en escadrille" (citation de Jacques Chirac), les 1.3 trillions de MBS acquis par la Federal Reserve US sont dégradés par les agences de notation rapport à leur qualité (n'oubliez jamais qu'un taux de chomage qui monte, c'est plus de MBS qui ont des problèmes); regardez aussi le produit du jugement Bloomberg/Loretta Preska ici. A ce stade de l'histoire, je reviens à mon titre: pourquoi le marché actions pourrait-il bien baisser ? La réponse est simple et apparait en filigrane dans un papier de Karl Denninger: une baisse des actions ferait revenir les investisseurs (ceux qui restent) sur la dette gouvernementale US (ce qui ferait de nouveau baisser le TNX sous les 4%, et meme sous les 3%), on appelle cela le flight to quality, et permettrait ainsi à la Federal Reserve de se délester de tous ses actifs douteux qui polluent son bilan.

 

Dit de manière plus plébéienne, les actions qui baissent fort et longtemps, ça fout la pétoche aux bourgeois qui reviennent dare-dare sur "du sur" avec la signature de l'oncle Sam écrite dessus. Gageons que cela se fera en meme temps qu'une hausse verticale du Dollar Index DXY et une chute symétrique de l'euro (si ce dernier existe encore tel qu'il est aujourd'hui vu qu'un défaut de la Grèce sur sa dette est maintenant pratiquement assuré d'ici 6 mois).

 

Dit de façon encore plus vulgaire: nous, les Européens, je vous dis meme pas ce qu'on va se faire mettre par les Américains ... Et c'est bien fait pour nous qui avons voulu copier leurs stupides magouilles à base de marchés soi-disant efficients et de bulles immobilières alimentées par des taux trop bas et des statistiques d'inflation truquées (vous vous rappellerez surement de l'inflation perçue et de la "réelle").

 

Et comme tout cela me fait de plus en plus penser à la déflation japonaise des années 90, voici un joli morceau de 1991 (remember la première guerre du Golfe ?) chanté par Loretta Haywood qui l'a repris récemment en acoustique:

 

Publié dans Bourse

Commenter cet article

Laurent 13/04/2010 15:43



@JA: papier intéressant. De toutes façon, il y a plein de candidats au sur-endettement national!


@Alex: pour le Gold/euro, je crois voir qu'on est arrivé à un sommet local; donc par prudence, on allègera si on est long, et en tout état de cause, on ne rentrera pas maintenant!



alex 08/04/2010 15:17



Et le Gold en euro dans tous ça, hausse ou stagnation, je n'ose plus esperer de baisse ?



Jacques_andre 08/04/2010 00:17



hello ,


jolie chanson


Dans un papier trouvé chez lupus, qui n'est pas spécialement un défenseur de l'Europe, un article sur le timing grec...pas cette année.


http://lupus1.wordpress.com/2010/04/07/wolfgang-munchau-ft-le-defaut-de-la-grece-surviendra-mais-pas-en-2010/