Obama, Zemmour et Tourre ...

Publié le par Laurent

sont dans un bateau, aurait-on envie de plaisanter ... Mais en ce jour de -3.84% sur le CAC 40, on préfèrera, comme la majorité des journalistes mainstream, se concentrer sur la polygamie supposée des musulmans français! Sauf l'un d'entre eux, le très polémique Eric Zemmour, qui nous fait une chronique sur Fabrice Tourre, le Fabulous Fab' de chez Goldman Sachs qui a passé un mauvais moment cette après-midi:

 

 

Bon, au-delà des trémolos nostalgiques des années 60, j'observe 2 choses: l'une, c'est que plus personne n'essaie plus de rigoler avec les histoires de dette spéculative comme en automne 2007 avec les discours "le subprime, ça fait marrer tout le monde!" et l'autre, c'est que les matheux sont encore au centre de la tempète.

 

Pourquoi ai-je écrit "encore" ? C'est simple: on a déjà été dedans avec l'arnaque du réchauffisme climatique. J'explique pour les retardataires: la courbe en "crosse de hockey" est une arnaque puisque sa partie la plus pentue est la conséquence d'un artefact du au mauvais usage de méthodes statistiques simples, comme l'explique Rittaud. Guess what ? Personne ne s'en était jamais aperçu ... Imaginez 2 minutes les ravages que cela peut produire dans une opinion déjà surchauffée par les errements des modèles financiers à base de marchés efficients, de "main invisible" et d'absence d'arbitrage (rappelons qu'un ouvrage de 207 pages de 2008 couronné par le prix Turgot entend montrer que le concept de prix fondamental est creux, c'est juste la base de l'approche de Fama qui fait autorité depuis les années 70). On arrive ainsi à des gros titres de cette couleur: "Quand Goldman-Sachs vendait des 'affaires de merde' à ses clients". Eh bien, je suis persuadé que Nicole El Karaoui, la patronne du DEA de Paris 6 (les initiés savent de quoi je parle), est prète à jurer qu'elle n'a rien vu et qu'elle n'est au courant de rien ... Comme les putes dans les dialogues d'Audiard!

 

Maintenant, Barack Obama, que vient-il faire dans toute cette galère ? C'est facile à comprendre: il a des élections mid-term cet automne. Et s'il ne veut pas prendre la raclée dont toute une génération de Démocrates vont se souvenir, il a intéret à montrer au bon peuple que désormais, Wall Street n'a plus un blanc saint du gouvernement pour tondre toute la planète en général, et la classe moyenne US en particulier. Déjà qu'il n'est meme pas arrivé à fermer Guantanamo, mais qu'il a réussi à fermer une bonne partie de General Motors ...

Publié dans News

Commenter cet article

Mon nom 28/04/2010 12:10


Bonjour "blanc saint" est un joli lapsus calami, mais c'est plutôt "blanc seing" qui convient ici. Mon préféré reste le blanc sein (à ne pas confondre avec le "das sein").


nonpasaujourd'hui 28/04/2010 02:10



Eh oui. Zemmour a raison pour une fois.



Laurent 28/04/2010 11:04



Le role de Zemmour est délicat sur plus d'un point: il est un alibi "populaire gaulois" dans des émissions où les autres intervenants prennent un malin plaisir à démolir en règle tout ce qui
faisait la société française des "30 glorieuses" (cet alibi est rendu nécessaire pour des raisons d'audiance, qui regarde ONPC pour les blagues de Ruquier ?), il doit faire de la polémique pour
donner envie à ses éditeurs de mettre en vente des livres (écrits suffisamment simplement pour ratisser large coté lecteurs) allant à l'encontre des idées mainstream, et finalement, il
doit trouver un truc malin à dire tous les matins (un peu comme Guillon) tout en étant assez précautionneux pour ne pas tendre la perche aux extrémistes qui pourraient avoir envie de le récupérer
...


Honnètement, réussir à faire tout ça, c'est fort! Il fallait des couilles pour attaquer les réchauffistes du climat en temps voulu, pour balancer les discours sur la mondialisation à Attali ou
attaquer BHL ses suiveurs ... Maintenant, le personnage n'a pas que des qualités, il a bcp tendance à repomper Alain Soral sans le citer et manque de culture économique et financière.