La benne à ordures, Mme Merkel et le CAC 40 ...

Publié le par Laurent

Cette note est un peu bordélique, l'auteur s'en excuse par avance, vu que le contenu vient principalement de réflexions que je me suis faites en descendant au supermarché acheter du carpaccio ... Commençons par le baromètre de Paul Jorion, dont la vision sur les évennements (maintenant tellement lointains) de jeudi soir passé reste intéressante:

 

 

Il a le mérite de poser la bonne question: "pourquoi les marchés remontent ?". Et là, outre la Plunge Protection Team, dite PPT, dite aussi Working Group on Financial Markets, on pense immédiatelement au Quantitative Easing à l'européenne. Bon maintenant, le QE, tout le monde connait, c'est juste le nom poétique de la politique super-inflationniste consistant à créer de la monnaie papier à partir de rien pour racheter des titres obligataires illiquides, qu'ils soient de type MBS aux Etats-Unis ou dette souveraine en Europe. Ceci étant dit, réglons de suite leur compte aux naifs qui pensent que "c'est super d'avoir une politique volontariste": une telle mesure crée implicitement une bad bank (qui se souvient encore des invités TV qui parlaient de cette idée en 2008 ?), sorte de benne à ordures dans laquelle les banques privées cotées en bourse viennent, contre monnaie sonnante et trébuchante, décharger leurs déchets, dont les comptes s'amplifient en se remplissant de titres invendables dont personne ne veut plus sur le marché. Le seul problème, c'est que cette bad bank. outre sa fonction nouvelle de benne à ordures qui ravit les baby boomers keynesiens, est primairement la garante de la qualité de la devise! Et que lorsqu'on démolit la devise, on appauvrit la majorité de la population (sauf éventuellement ceux qui vivent en louant leurs appartements obtenus par mariage ou héritage, j'en connais tellement ...). Par exemple, le bilan de la Fed a explosé après le programme de QE démarré fin décembre 2008, et on peut demander à Alan Grayson combien il lui est facile de comprendre ce qu'il y a dedans ... Gageons qu'on aura ce genre de problèmes en Europe d'ici 6 mois.

 

Bon, une fois cela en tete, on comprend de suite l'envolée des places boursières lundi ... La perspective pour les banques très exposées aux dettes souveraines brutalement déclassées d'avoir enfin une benne à ordures dans laquelle déverser leurs titres obligataires, sortes de paris ridicules effectués lors de la période où l'on pensait quelque chose du style "pas de problèmes, on se fait du 6% avec la Grèce sans lever le petit doigt, mais à la fin, la Merkel va empécher la Grèce de faire défaut", contre paiement comptant a remonté le moral des actionnaires au beau fixe! Génial, on va encore pouvoir plumer la populace en démolissant l'euro un peu plus sans meme devoir passer pour des crétins dans les diners quand grand-papa nous demandera où on en est avec les obligations souveraines junk ... Eh oui, au-delà des théorèmes de Girsanov, la finance mathématique, ça reste surtout beaucoup d'arnaque avec 3 calculs de pourcentages niveau troisième technologique par-dessus!

 

Quand on se repasse le film, ce que les brillants journalistes TV ne font jamais, en partie parce qu'ils sont persuadés de tout comprendre instantanément dans sa complexité intrinsèque, on se pose effectivement la question: "mais qu'est-ce qui a bien pu piquer la mère Merkel pour balancer en janvier qu'elle ne voulait plus back-stopper la Grèce ?". La TV nous dit, c'est à cause des élections ... Mais se pourrait-il que cette déclaration fut, en quelque sorte, un baroud d'honneur d'une des politiques les plus puissantes d'Europe, pour essayer de garder la main en UE ? Imaginons que le BCE eut tenu bon face aux pressions bancaires sur le QE; nous avions alors des banques privées complètement prises au collet par leurs paris stupides sur la dette grecque (ou portugaise, ou espagnole, ou celle que vous voulez du moment qu'elle rapportait au moins "du 6% sans risque"...) et obligées de venir quémander, vraissemblablement contre services à venir, un soutien financier national ... D'autre part, les titres illiquides seraient restés dans leurs livres de compte, du moins peut-on le penser. Le "plan de stabilité" annoncé fièrement par la mère Lagarde (qui est le pire plan d'instabilité possible pour l'euro, en réalité, que l'on voit de plus en plus glisser vers la parité avec le Greenback!) dont les liens avec le bloc atlantiste sont bien connus, représente donc, dans cette perspective, une capitulation en rase campagne du pouvoir politique considéré le plus important en UE, qui s'est fait rouler dans sa tentative de corner.

 

Alors maintenant, en suivant l'idée de Tropical Bear, regardons un peu comment ça se passe pour nos indices actions lorsqu'on retire la dépréciation de l'euro depuis décembre 2009 (on rappelle que le DXY est passé de 74 à 84 en moins de 6 mois!); commençons par le hard, à savoir le CAC en onces d'or,

 

CAC-GOLD-0509-verif5joursCAC-GOLD-0509-decomp5jours

 

et nous voyons que le CAC:GOLD baisse de façon très elliottiste depuis cet automne ... On serait dans une 3.3, à un niveau qui n'est pas complètement clair. Mais la situation devient encore plus surprenante lorsqu'on regarde le CAC en dollars US,

 

CAC-USD-0509-verif5joursCAC-USD-0509-decomp5jours

 

puisque là, c'est en janvier que la glissade du CAC:USD est partie plein pot! De la meme façon elliottiste, inutile de vous le souligner ... En conclusion, c'est uniquement par la dévaluation de l'euro, effectuée en douce via le Quantitative Easing qui était dans les tuyaux depuis début 2010, que le CAC (ou l'Euro-Stoxx 50) arrive à se maintenir sur ses pieds; bien entendu, on va se rendre compte de ce que "dévaluation" veut dire (avec des salaires bloqués depuis 2002) lorsqu'on devra consommer du pétrole, des métaux ou du plastique dès cet été (aaah, les délices d'une monnaie faible qui ravissent les économistes à 2 sous de la TV!). Lorsqu'arrivera le plancher à la baisse de la devise européenne, nous assisterons probablement à un naufrage des indices de la zone ...

 

Entre temps, il faut bien avouer qu'on ne voit pas venir grand-chose sur le CAC 40, ci-dessous en horaire:

 

CAC-horaire-01CAC-horaire-02

 

Tout juste peut-on dire que le rebond démarré dans la dernière heure de vendredi a une tronche corrective en ABC ... sous toutes réserves! Finissons avec le market wrap de Bob Janjuah sur Bloomberg TV:

 

Publié dans Bourse

Commenter cet article

cart css 16/05/2010 16:45



Salut Laurent


Passé 2 semaines aux US (d'où j'ai renoué avec ton blog, donc) et heureux d'avoir maintenant plus de temps pour accès à toutes les infos - y compris musicales.:)


Bon, j'ai chopé cela;


http://comprendrelemonde.fr/wp-content/uploads/2010/05/dm211.jpg


Info ou intox.... aucune idée. En tout cas, l'image -autant la photo que le concept- est impressionnante.


http://comprendrelemonde.fr/wp-content/uploads/2010/05/dm211.jpg


 


++


 



Laurent 13/05/2010 19:18



Oui, c'est complètement déprimant ... D'autant que Zero Hedge vient de mettre en ligne la dépèche AFP à propos des ATM qui distribuent de l'or: à voir ici http://www.youtube.com/watch?v=6u7NpURkw1w&feature=player_embedded



cart (css) 13/05/2010 18:41



euro à 1,25 ^^