De nouveaux craquements ...

Publié le par Laurent

Honnetement, je trouve incroyable qu'après que Bernanke ait sorti l'extincteur pour contenir les foyers du marché immobilier US (nous en reparlerons!), le Maestro Greenspan doive sortir le napalm pour attirer l'attention sur la surchauffe chinoise (le SSE de Shanghai et ses +400% en 20 mois entre autres choses) ... Quelle marge d'action reste-t-il à la FED après cela ?

Reprenons la chronologie des évennements: l'économie US donne toute une série de signaux contradictoires, d'aucuns laissant espérer une baisse des taux directeurs dans un futur proche. On parle d'atterrissage en douceur, le mot récession est tabou et le Dow Jones enchaine un nombre invraissemblable de records historiques en un mois, porté qu'il est par les fusions-acquisitions (traduction: l'abondance des liquidités des pétro-dollars et du carry-trade). Les bourses européennes suivent, certaines trainent les pieds, d'ou ces changements de tendance caractéristiques passés 15h30 à Paris ... On arrive au-dessus des 6100 points sur le CAC, déjà certains évoquent les vieux souvenirs de l'an 2000.
00123f37ab1805552f5601.jpg
Samedi, le G8 à Potsdam s'inquiète de l'inflation des prix pétroliers, puis Hank Paulson embète Wu Yi avec les taux de change (malgré l'indéfectible politique chinoise d'achat des T-Bonds US) et enfin, Greenspan qui ouvre la boite de Pandore en déclarant que "les valeurs chinoises pourraient avoir à subir une correction dramatique car leur récente progression est évidemment impossible à tenir" ... Non mais franchement, ou est passé l'extincteur ?

Alors bien sur, il se passe des choses toutes moches sur les marchés des changes, rapport au fait que la correction du 28 février est encore présente dans toutes les mémoires, et que les positions de portage pourraient etre très exposées en cas de coup dur ... Mécaniquement, le Yen se reprend face aux autres devises, et en particulier à l'Euro:
eur-jpy-24mai.gif
Quelques statistiques US plus tard, on apprenait que la vente de logements neufs (15% du marché US, il faut le retenir) progressait de 16% (on débouche le champagne), mais avec une baisse des prix de vente d'environ 11% (on remet fissa les bouteilles au frigo car ca la fout super-craignos pour les logements anciens demain, meme heure!). Bien entendu, les bulls de service nous ont gratifiés d'une petite tentative de rebond, mais le coeur n'y était pas; voici le graphique intraday de l'EPRA:
epra-24mai.gif
La mini-reprise est très visible aux alentours de 16h ...

Publié dans Bourse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article